Carnets 2

Je finis le carnet à la couverture bordeaux commencé en mai dernier en reprenant quelques passages extraits de la biographie de Peter Handke lue ces jours-ci (Malte Herwig, Meister der Dämmerung, 2011), ainsi que de plusieurs livres du même auteur que je redécouvre depuis deux-trois ans.

Ici, je note cette phrase prononcée par un ami de Handke: « Ce qui lui importe, c’est qu’on regarde le monde comme on devrait le regarder. »

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :