Carnets 12

« Regarder était ce qui m’occupait. Et c’était une grande chose. Il ne faudra plus jamais me laisser emporter dans une action ou en tout cas dans une autre action que mon regard et son déploiement. N’était-ce pas en outre une réalité que les rêves, dont j’étais jadis moi-même le héros, étaient devenus toujours plus rares ? Aussi en tant que rêveur, d’un personnage de l’action je m’étais métamorphosé en un témoin. »

Peter Handke, Mon année dans la baie de personne

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :