Carnets 16

Les hommes nouveaux: des capteurs minuscules greffés dans leurs conduits auditifs et derrière leurs yeux diffusant en permanence sons et images des chaînes d’information à travers leur crâne et tout leur corps. Plus de sensations, le bruit universel.

Et tout à coup la descente sur Sydney s’est transformée en une longue traversée de tunnel, je me suis senti mieux: je n’étais plus dans un avion, mais dans un train.

Au lever du jour, l’appel de l’oiseau inconnu, puissant comme le cri d’un singe.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :