Carnets 22

L’enfant: tout ce qu’il dit est récit.

Où sont passés les cacatoès ? Ont-ils fui ? L’an dernier, ils se tenaient perchés sur un balcon voisin, déployant ou rétractant leur huppe jaune, criant à longueur de journée.

Handke, au détour d’une phrase sur un mois de mars vécu par le narrateur de Mon année dans la baie de personne: « les orties d’avant-printemps poussaient déjà, celles qui sont particulièrement irritantes ».

En 1790, Gœthe publie La Métamorphose des plantes (pour le petit carnet de métamorphose).

Ce carnet et ce crayon: le paradis.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :