Carnets 27

Sept heures du matin: un soleil orange flou dans le ciel enfumé.

Sydney: femmes brunes vêtues de noir.

Etrange quartier de Paddington (alignements de minuscules maisons de l’époque victorienne). On se demande si ces maisons sont habitées quand quelqu’un sort de l’une d’entre elles sans même vous voir. Paddington Street: rue bordée de vieux platanes et d’arbres au tronc puissant d’où sortent des nœuds de lianes, arbres que je ne sais pas nommer.

BerkelouW Bookshop. Un livre de Thomas Bernhard: Gargoyles, (Gargouilles) (?).

Nom du ferry pour Sydney: FRIENDSHIP.

Vivre les plus beaux jours de sa vie et ne s’en rendre compte que bien plus tard (non).

La beauté quand le monde est bouffé par la technique: à chercher dans les interstices.

J’entre dans la ville et je m’endors.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :