Carnets 30

Le grand chien (déjà âgé : poils blancs sur le museau et le crâne) tenu en laisse par une femme blonde d’une soixantaine d’années. Elle attend que le feu passe au rouge pour traverser la rue, lui se tord dans tous les sens en tournant la tête à la recherche d’un animal de son espèce.

L’enfant: touche et voit pour la première fois une feuille de ginkgo biloba (deux arbres côte à côte dans une rue du quartier).

Opera House: les humains tellement obsédés par leurs monuments, par leurs symboles (de l’art, de la politique, de l’époque). Supériorité des animaux guettant tout ce qui bouge, tout ce qui vit à côté d’eux – les choses insignifiantes.

Fantasmagorie de l’esprit et vision calme.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :