Carnets 33

Quelques corbeaux croassant dressés sur les lampadaires du parking en face du shopping center, et le poème de Georg Trakl:

Au-dessus du coin noir se hâtent
A midi les corbeaux, poussant de durs cris.
Leur ombre passe à côté de la biche,
Et parfois on les voit faire une halte, moroses.

O comme ils gênent le silence brun
Où un champ s’épanouit comme une femme
Que charme un lourd pressentiment,
Et parfois on peut les entendre croasser.

Et une charogne qu’ils ont flairée quelque part,
Et soudain ils s’envolent vers le nord
Et ils disparaissent comme un cortège funèbre
Dans les airs, qui frémissent de volupté.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :