Carnets 34

Handke: le poétique comme « tranchée vers le divin » – et là je décroche.

Apparition des corbeaux, et dans le bus la grosse femme dans sa vieille robe à fleurs qui pose toujours la même question au chauffeur (question que je ne parviens pas à comprendre, comme dans un rêve).

J’écris à MF, philosophe allemand, et me revient son écriture manuscrite – juste sa signature et une formule de politesse au bas d’une lettre écrite sur ordinateur et imprimée – écriture d’une netteté (pureté ?) jamais vue chez quelqu’un d’autre – c’était il y a une vingtaine d’années (mais combien de lettres ai-je reçu depuis ?).

(Aussi monté dans le bus: un homme à tête de corbeau.)

Tâche matinale: retrouver certaines pensées qui t’ont occupé cette nuit quand tu n’arrivais pas à dormir et qui te paraissent désormais aussi lointaines et inaccessibles que les visions du sommeil.

Combien de temps es-tu capable de rester au même endroit, juste à regarder ?

(Ou alors le divin comme humanité accomplie ?)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :