Carnets 37

Quartier dans la fumée ce matin. On ne voit plus Sydney de l’autre côté de la baie.

Chez le médecin, une fiche à remplir. Parmi les questions: Are you Aboriginal ?

Je regarde un film sur René Char lisant quelques-uns de ses poèmes, dont Redonnez-leur. Je n’ai jamais oublié les derniers vers:

Et qui sait voir la terre aboutir à des fruits,

Point ne l’émeut l’échec quoiqu’il ait tout perdu.

Autre film: Char inaugurant un musée qui lui est dédié à l’Isle sur la Sorgue en compagnie d’un ministre de l’époque. Courtois avec les gens qu’il connait et qui sont venus lui rendre hommage, refusant de parler aux journalistes.

Quelques années plus tard, mécontent de ce qu’on est en train de faire de ce lieu, il débarque avec un groupe d’amis en mode commando pour récupérer toutes ses oeuvres (scène loufoque racontée par Laurent Greilsamer dans sa biographie du poète).

(René Char, première grande lecture.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :