Carnets 48

Un balcon à chaque chambre de l’hôpital des enfants – je n’y ai jamais vu un enfant.

C., un chat de la maison, se frotte avec ferveur contre un morceau d’écorce que j’ai fini par emporter après l’avoir plusieurs fois ramassé Somerset street pour le tourner entre mes mains et l’admirer.

Les lumières de La Possession puis de Saint Denis depuis l’avion de nuit qui longeait la côte nord de l’île – comme un pays où j’arrivais pour la première fois.

Le plus souvent, regarder ne suffit pas, il faut aussi sentir, toucher (écorce, feuille, pierre, peau).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :