Carnets 53

Vision en rêve du soleil touché par un autre corps céleste, et qui tourbillonne, et qui s’effondre dans un déluge de feu.

Dimanche, 6 heures du matin – un homme short sandales barbe grise lit le journal assis sur un banc en pierre à côté de la cathédrale (et me salue en souriant quand je le salue).

Fraternité de l’aube.

Grappes de raisin de mer vertes tendre alignées devant moi quand je lève les yeux – comme une offrande (petite rue qui mène au bord de mer, Saint Denis).

Le monde est toujours peuplé d’oiseaux – la bonne nouvelle du matin.

Un homme : mains dans les poches, dos un peu voûté, marche le long de l’océan.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :