Carnets 61

George Steiner est mort.

Les branches de l’arbre sur le parking ont poussé à l’horizontale – longues et lourdes, elles voguent sur le vent.

Le cytise rue de la source a perdu toutes ses fleurs jaunes. Il est redevenu invisible – comme un arbre sans floraison.

Handke : « Traduire : rencontrer l’autre au plus profond ».

(Été 2003 – la montée à pied sur la butte de Thil – la petite route d’abord, puis dans un virage le chemin à gauche – forte chaleur – personne d’autre que moi pour profiter de la fraîcheur de la collégiale – je me suis assis sur une terrasse au milieu des ruines du château – tout autour les champs de l’Auxois – lecture d’Après Babel – un air d’opéra est monté des pierres – et la lecture cette après-midi-là a duré aussi longtemps que la musique.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :