Carnets 65

« Endormi avec un requin dans la poitrine. » (Handke – ou Kafka)

Matin : la lune blanche posée sur la montagne.

Rêves peuplés – tout au long de la journée, une part de moi reste au milieu de cette foule criarde.

L’enfant : les histoires qu’il me raconte et celles que je lui raconte deviennent nos histoires.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :