Carnets 66

« Les grands nuages gris traversés par une lueur bleue » (Journal de Kafka)

Sans prendre aucun congé, se mettre soi-même en vacance (dans les interstices).

gris – vert – bleu – blanc (la pierre, l’herbe, l’océan, le ciel).

Tant d’écrivains certains de lutter contre la (ou une) réalité en la dénonçant dans leurs livres quand ils ne font qu’accompagner le désastre en cours.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Un avis sur “Carnets 66

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :