Carnets 71

Sans s’en rendre compte, il lisait le livre ouvert devant lui comme on regarde un tableau : formes, structures, couleurs – ses yeux parcourant toute la surface des pages.

A Vérone, Gœthe à propos d’un cyprès du jardin Giusti : « Un arbre dont les branches de bas en haut, les plus âgées comme les plus jeunes, sont tendues vers le ciel, un arbre qui vit trois cents ans mérite bien qu’on l’admire. » (Voyage en Italie)

Et soudain, l’astrophysicien parla de la planète Vénus avec un léger tremblement dans la voix.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :