Carnets 73

Journal de Kafka : traduction en cours d’un long récit dans le cinquième carnet. K rapporte les propos d’un homme qu’il a peut-être vraiment rencontré dans une rue de Prague – convaincu d’être victime d’un plagiat et qui sombre dans un délire paranoïaque.

Le chat C. : guettant un peu inquiet un animal derrière une étagère. Si cela avait été un geko, il aurait bondi et l’aurait pris dans sa gueule. Mais comme c’est un cafard, et qu’il peut aussi bien partir en courant que s’envoler, C. ne bouge pas et attend que l’autre se décide à faire l’oiseau ou l’insecte cavaleur.

L’homme qui, ce dimanche matin, me souhaite la bienvenue, comme si j’arrivais dans un pays lointain après un long voyage. (Barachois, 23/02)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :