Carnets 77

Passée l’averse, la pluie sous les arbres secoués par le vent.

L’homme assis sur un banc parle au téléphone en face des caisses du supermarché – tatouages sur les deux bras – barbiche grise – essaie différentes postures – ses yeux roulent dans un coin inconnu de l’univers.

La femme au petit carton sur les bras : « Non non tu t’en vas pas, non non tu t’en vas pas » (et ça gratte à l’intérieur).

Nous sommes pour les animaux ce que sont les tempêtes et les inondations pour nous (Hebbel cité par Handke).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :