Carnets 77

Passée l’averse, la pluie sous les arbres secoués par le vent.

L’homme assis sur un banc parle au téléphone en face des caisses du supermarché – tatouages sur les deux bras – barbiche grise – essaie différentes postures – ses yeux roulent dans un coin inconnu de l’univers.

La femme au petit carton sur les bras : « Non non tu t’en vas pas, non non tu t’en vas pas » (et ça gratte à l’intérieur).

Nous sommes pour les animaux ce que sont les tempêtes et les inondations pour nous (Hebbel cité par Handke).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :