Carnets 78

Au carrefour du lavoir, un flamboyant chargé d’espèces d’énormes haricots verts – ce sont ses fruits. (quartier de la source, Saint Denis)

« Ciel grisé… week-end ventilé » – les mots de la télévision comme les champignons pourris de Hofmannsthal – pas seulement dans la bouche, mais aussi dans les oreilles.

Je regarde un instant l’homme qui joue de la batterie en frappant des mains sur la table et des pieds sur le sol : il se lève, prend sa tasse et va s’installer au bar. (RG, 29/02 )

« En écrivant, je mets les choses à l’abri en moi ; les transcris simplement. Et cela suffit pour que je me qualifie d’écrivain ? » (Handke)

(Moi, je n’aime pas qu’on me regarde écrire.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :