Carnets 81

Le martin triste dressé sur le crâne de Roland Garros face à l’océan – gueule. (Barachois, 03/03)

Philippe Charlier, médecin et anthropologue, à propos des zombies en Haïti (un zombie est un homme qu’un sorcier a fait revenir d’entre les morts et qui vit et travaille au milieu des autres). Quand Charlier a pris l’un d’entre eux en photo au milieu d’une rizière, celui-ci n’a pas impressionné la pellicule et il n’était pas sur le cliché.

« Il est charmant et instructif de se promener au milieu d’une végétation étrangère. En présence des plantes habituelles, comme des autres objets depuis longtemps connus, nous finissons par ne penser à rien, et qu’est-ce que regarder sans penser ? Ici, en présence de cette variété nouvelle pour mes yeux, je suis toujours plus saisi de la pensée qu’on pourrait faire dériver toutes les plantes d’une seule. » (Gœthe, Voyage en Italie)

Journal de Kafka : une vingtaine de pages restent à traduire dans le cinquième carnet, écrites entre le 3 et le 17 mars 1912.

Une petite plume noire et blanche trouvée sur un parking – je me demande de quel oiseau elle peut provenir.

(Il n’y a pas de pie ici – encore moins de cassican flûteur.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :