Carnets 82

« Ce qui est bien ici, c’est qu’il ne fait ni trop chaud, ni trop froid. » (une femme à son mari dans une allée d’un centre commercial)

Handke à la radio hier: « Je connais ça, on parle deux heures de choses et à la fin on parle de l’engagement de l’écrivain quand on devient fatigué, non, non, je connais le système journalistique… Je n’ai aucune opinion, aucune position… J’ai rien à expliquer… Parlez, vous, mais moi je n’ai rien à dire…. J’ai déjà tout dit, j’ai rien à ajouter… ça mène nulle part de parler de ça, nulle part… je pourrais parler avec la guimbarde par exemple. » (il joue de la guimbarde)

« La caravane du numérique », dit la femme à la voix nasillarde. Puis d’autres mots sortent de sa bouche et défilent comme de braves petits soldats: président – vice-président – trésorier – rectorat – logistique, etc.

La vie spirituelle ? Le dos et les bras d’une top-model tatoués de symboles énigmatiques.

Ils parlent trop ? Ils parlent – et c’est déjà trop.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :