Carnets 86

Gisant au milieu de la chaussée, les branches du raisin de mer arrachées par la bourrasque de cette nuit – le fracas quand une voiture roule dessus.

Sur la terrasse, ils passent leur vie à guetter des oiseaux qu’ils n’attrapent jamais et sont terrifiés par des dangers imaginaires. Est-ce pour cela que les chats nous sont si proches ?

Le coffret contenant les trois volumes des œuvres complètes de Werner Kofler : posé sur le sol dans un coin de la pièce, comme une météorite venue de l’autre bout de l’univers.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :