Carnets 86

Gisant au milieu de la chaussée, les branches du raisin de mer arrachées par la bourrasque de cette nuit – le fracas quand une voiture roule dessus.

Sur la terrasse, ils passent leur vie à guetter des oiseaux qu’ils n’attrapent jamais et sont terrifiés par des dangers imaginaires. Est-ce pour cela que les chats nous sont si proches ?

Le coffret contenant les trois volumes des œuvres complètes de Werner Kofler : posé sur le sol dans un coin de la pièce, comme une météorite venue de l’autre bout de l’univers.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :