Carnets 94

« Perdre tous les horizons : la mélancolie est une espèce de mort, le moi n’est plus qu’un point ; et ce point n’est plus que douleur. » (PH)

MJ : joue avec certains mots en accentuant leur première syllabe. Le jeu avec la langue : originel, inaugural.

« En lisant le Voyage en Italie, je découvre la gaieté de Gœthe – je ne sais pas si une telle gaieté – nourrie par les paysages, la poésie, les arts, mais aussi les sciences – serait possible aujourd’hui. En tout cas Handke s’efforce de dépasser la mélancolie (Schwermut en allemand) en se tournant vers Gœthe (et les poètes en général : Char, Ponge – qu’il traduit). » (mail à L, 13/03)

Le dehors limité à la terrasse de l’appartement – regarde la montagne !

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :