Carnets 96

Au Barachois ce matin, un homme sur une pelleteuse – le seul à travailler dans le quartier désert : déblaie des gravats devant un hôtel pour touristes désaffecté.

De l’autre côté de la rue, sur le bord de mer, un camion de police est stationné et des policiers verbalisent un groupe de trois hommes assis sur le parapet. Quand je reviens quelques minutes plus tard, un deuxième camion de police est stationné à côté du premier et les trois hommes ont disparu – sans doute à l’intérieur de l’un des véhicules.

Immense ciel gris et en bas : béton, béton, béton. Des fleurs jaune vif accrochées à un grillage sur le parking attirent systématiquement le regard quand on est à la fenêtre.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :