Carnets 97

Bord de mer. Les feuilles vertes du manioc marron le matin : toutes alignées dans le même sens et traversées par la lumière – dressées pour la recevoir pleinement. Le « Mehr Licht ! » des végétaux.

C’est après avoir tourné autour de ces buissons proliférants que j’ai remarqué qu’ils étaient en pleine floraison : entre leurs feuilles, de minuscules fleurs blanches à peine écloses. (18/03)

Même discrétion chez le veloutier blanc l’autre jour à Saint Gilles : pas une seule, mais une myriade de fleurs blanches plus petites encore, nichées entre les feuilles également.

Un arbre en pleine ville : le bois noir des bas. Des fleurs-étamines pareilles à des cierges magiques qui flamberaient toute la journée en faisant des étincelles vertes et blanches. Nombreux oiseaux qui s’égayent à l’intérieur du feuillage. (20/03)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :