Carnets 98

Ce matin, les quelques feuilles du bois noir des bas toujours sur la table dehors – le vent nocturne ne les a pas emportées.

Depuis la cuisine : les cimes des arbres couvertes de petits points jaunes tout le long du boulevard sud – les fleurs des cassias du Siam qui se sont mises à proliférer. Je ne les avais jamais vues et surtout jamais reconnues avant. Ainsi, à partir du minuscule, on parvient peut-être à une vision plus large.

Lecture d’un texte extraordinaire dans Le Parti pris des choses de Francis Ponge : Le restaurant Lemeunier rue de la Chaussée d’Antin : « Les personnages dominants y sont sans cesse contredits d’abord le groupe des musiciens au noeud du huit, puis les caissières assises en surélévation derrière leurs banques, d’où leurs corsages clairs et obligatoirement gonflés tout entiers émergent, enfin de pitoyables caricatures de maîtres d’hôtel circulant avec une relative lenteur, mais obligés parfois à mettre la main à la pâte avec la même précipitation que les serveuses, non par l’impatience des dîneurs (peu habitués à l’exigence) mais par la fébrilité d’un zèle professionnel aiguillonné par le sentiment de l’incertitude des situations dans l’état actuel de l’offre et de la demande sur le marché du travail. »

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :