Carnets 105

La salangane : les ailes en faucille comme le martinet – fuse et virevolte à basse altitude avant le crépuscule – à la chasse aux insectes.

Le martin triste : c’est la saison des amours – passe ses journées à gueuler dressé sur un toit.

Le cassia du Siam : là-bas, à côté de l’hôpital, couvert de fleurs jaunes, je sais le nommer, mais est-ce que je l’ai vu ?

Les grillons : leur chant – si bas, si constant qu’on ne sait pas le distinguer d’un bruit de machine à même basse intensité (celui des climatiseurs dans les bureaux d’en face ?)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :