Carnets 106

Le manguier : immense voisin – amputé de l’une de ses branches (brisée sous le poids de ses fruits ?) – son feuillage forme une sphère et je découvre qu’à l’intérieur de celle-ci il n’y a rien hormis l’armature des branches restantes.

Le cytise : encore deux-trois grappes de belles fleurs jaunes sur quelques branches.

Le flamboyant : ses nombreuses gousses ont séché et se sont recourbées – vertes presque jaunes – accrochées au feuillage comme des barrettes excentriques sur une chevelure féminine – donnent à l’arbre une autre présence – plus imaginaire que réelle.

Le boulevard : de moins en moins de circulation – encore quelques semaines et la végétation commencera à pousser sur l’asphalte.

L’homme : torse nu – fait tourner le moteur de sa petite voiture blanche sur le parking derrière l’immeuble – puis l’éteint – puis le rallume – ainsi de suite.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :