Carnets 107

Le jeune homme : marche sur le parking derrière l’immeuble les mains sur les hanches et en dodelinant de tout le corps – accélère le pas comme s’il voulait faire de l’exercice – ralentit comme s’il voulait réfléchir.

Les raisins de mer : éparpillés sur le trottoir – craquent sous les pieds dans le silence de la rue déserte.

Violent orage hier vers minuit – à peine endormi, l’impression que la montagne à côté s’est elle-même mise à tonner.

« aus der äussersten Einsamkeit heraus », « über mich hinaussehen »: ces belles et fortes constructions allemandes pour exprimer le mouvement consistant à sortir de soi.

(Dans son silence minéral, elle tonne depuis toujours.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :