Carnets 109

Le bruit de ses semelles sur le gravier.

Quand il ne marche pas sur le parking, il marche sur sa terrasse.

Schwermut : plus fort que la mélancolie – dépression.

Le dernier étage de la maison qu’on n’a pas fini de construire – les murs en brique ouverts à tous les vents semblent fragiles – deux grandes ouvertures pour des baies vitrées sans doute – la maison du vent.

Le paille-en-queue : si haut dans le ciel qu’on ne l’entend jamais crier – ou bien est-ce l’oiseau silencieux ?

La tourterelle : traverse l’espace – pendant une seconde, plane immobile, ses plumes ébouriffées.

Le Crucifié : à côté de l’arbre du voyageur.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :