Carnets 121

L’hôpital à flanc de montagne : trône comme le Château de Kafka.

Pendant le confinement, les hommes ont réappris à regarder et entendre la nature – enfermés chez eux, devant leurs écrans.

Le Chinois désoeuvré : chez le marchand de journaux ce matin, parle de n’importe quoi avec chaque personne qu’il croise (il essaye même avec moi) – un flot de paroles rompant les digues de sa solitude confinée (la même qu’il y a quelques semaines à vrai dire).

Le badamier sur le parking côté rue : bien droit, ses branches qui ont d’abord poussé à l’horizontale puis à la verticale le font ressembler à un chandelier – ses feuilles élastiques vert sombre sont parfaitement alignées et seul le souffle du vent met un peu de désordre dans cette stricte construction végétale.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :