Carnets 123

Un paille-en-queue : s’éloigne de la montagne et passe au-dessus des habitations (rare) – sa blancheur dans le ciel matinal intégralement bleu, après des jours nuageux et pluvieux – par cette échappée hors de son territoire, fête-t-il le retour du beau temps ?

A certains instants, les phrases dansent sur la page du livre comme les feuilles des bananiers secouées par le vent.

Ces quelques palmiers alignés de l’autre côté du mur, eux aussi agités – plantés là pour cacher un jardin (tu aperçois juste le toit blanc en tôle de la maison derrière).

Zoizos blancs : une bande d’une dizaine surgit avant que le soleil disparaisse derrière la montagne – minuscules oiseaux à la queue blanche – ne restent pas en place, sautent d’une branche à l’autre sur la terrasse d’à côté en piaillant – puis disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus – tous ensemble.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :