Carnets 130

Des maisons du quartier dont tu ne verras jamais les habitants – des espèces de terrier.

Rideau de pluie devant la montagne quand tu penches la tête sur la page – paysage ensoleillé quand tu la relèves.

Une semaine avant de faire la connaissance de Felice Bauer, Kafka lit un récit de Grillparzer, « Der arme Spielmann ». Grillparzer au sujet duquel on peut lire qu’il resta fiancé toute sa vie à son amour de jeunesse, Katharina Fröhlich, sans, selon son propre aveu, « avoir le courage du mariage ».

Handke à propos de Grillparzer : « L’esprit le plus libre que l’Autriche ait jamait produit ».

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :