Carnets 134

La terre assombrie par l’ombre de leurs regards.

Un hameau traversé tant de fois sur le chemin de Montbard en Bourgogne : Champ d’oiseaux.

Plusieurs salanganes dans le ciel hier soir, et les verbes qui me sont venus à l’esprit en les regardant voler : filent fusent tournoient.

En écoutant les oiseaux ce matin, impression d’entrer progressivement dans leur espace sonore (« champ d’oiseaux »).

La cloche de l’école à côté sonne : les enfants ne viendront pas, cachés dans la forêt.

(Dans un monde sonore : récit de Victor Segalen lu il y a longtemps.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :