Carnets 137

Le livre et le carnet ouverts devant toi – et tu te sens relié au dehors, présent au monde.

Ciel dégagé : on distingue bien les arbres minuscules sur la crête de la montagne, leurs cimes encore dressées malgré les vents violents qui soufflent continuellement là-haut.

Les mots qui semblent naître à la surface, au contact du dehors – sont portés par le fleuve souterrain.

Ce jour pourrait s’appeler : « Le jour où tu as vu deux pailles-en-queue voler côte à côte dans le ciel bleu ».

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :