Carnets 138

Jeunes filles : trois, dans la cour de la case en face – elles ont mis de la musique assez fort et elles dansent de l’autre côté du mur – sur une estrade où on les voit depuis la rue. (dimanche 26/04)

Le père : terrassier – entreposait sa minipelleteuse dans la cour où les filles dansent – a racheté la case et le terrain de la vieille disparue juste en face de chez lui – entre chaque poteau métallique fixé sur les murs en brique, des planches de bois beige – un portail coulissant côté rue – un homme entre et sort de la pièce à l’arrière de la case – bientôt, on ne verra plus que machines et matériaux – ancienne cour transformée en entrepôt.

(Une semaine plus tard, samedi 02/05, la musique à nouveau, mais autres rythmes, comme pour un rituel de transe, déjà observé chez ces voisins malgaches – vieille femme dans la rue battant le sol avec de longues herbes, jeunes filles exaltées dansant en groupe et chantant criant – souvenirs déjà lointains.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :