Carnets 140

Fred D. au téléphone : je lui raconte que j’ai essayé de commander la correspondance de Peter Handke avec son éditeur Siegfried Unseld chez Osiander à Tübingen mais qu’il ne font pas d’envois vers la Réunion en ce moment – il me propose de passer à la librairie le lendemain et de me l’envoyer. Samedi matin (02/05), il me rappelle pour me dire qu’il y avait une longue file d’attente devant la librairie et qu’ils ne laissaient entrer qu’une personne à la fois. Il a commandé le livre ailleurs – dans la Lange Gasse au centre-ville – et il l’aura dans la semaine.

Des salanganes : tournent haut dans le ciel couvert – quatre, et même cinq.

Un homme : encore jeune, souvent juché sur la palissade métallique rouillée de l’autre côté de la rue – un gobelet en carton posé à côté de lui – visage inexpressif.

Peut-être que quelques-uns et quelques-unes, en raison des « événements », auront appris à s’asseoir et simplement regarder (et écouter) autour d’eux en silence.

(Salangane : ce mot pour un oiseau semblable au martinet – je le trouve parfait.)

(Ce cher Fred : toujours là – seize ans (!) après mon départ d’Allemagne.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :