Carnets 143

Avoir la chance, une fois dans sa vie, de pouvoir remercier quelqu’un (un enfant par exemple) de vous avoir sauvé l’âme.

Jardin du docteur D. l’autre jour : des guêpes – plus grandes ici, munies de longues pattes arrière pendantes – volaient autour d’un buisson aux feuilles vertes et jaunes – il m’a semblé en prêtant l’oreille qu’on pouvait entendre un léger bourdonnement, inaudible en temps normal (très peu de circulation dans la rue à côté).

Il pleut à Santiago du Chili (dans le livre de Sepulveda).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :