Carnets 145

Qui tresse les racines aériennes des banyans ?

Certains jours comme aujourd’hui, l’espace ici est trop lumineux – chaque chose aveugle et on ne sait même pas nommer.

Le doux sourire de l’enfant – un monde en soi.

« Construire un temps et un espace poétique » (avant de m’endormir, conscient que le verbe « construire » ne convient pas).

Lecture des prochains mois : Ponge – Jaccottet – Caillois (et toujours Goethe et Handke).

Novalis : « Il faut vivre dans la poésie et créer un monde poétique autour de soi. »

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :