Carnets 146

Les manguiers : montent la garde dans les rues désertées – plusieurs sur le parking vide à côté du Jardin de l’Etat : écoute leur silence.

Les palmiers : alignés à côté du boulevard – leurs troncs gris et droits tous identiques – inanimés, écrasés par leur ennui grégaire.

Le baobab : trône en face du commissariat – le soleil s’est accroché à ses fortes branches – des flots de lumière coulent le long de son tronc.

Les buissons : poussent leurs feuilles épaisses à travers les grilles du Jardin.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :