Carnets 154

Nouvelles briques, nouveaux murs, nouveau portail – en face, dans la cour du bâtisseur – une pièce nouvelle en construction – et devant la case de la veille femme disparue, l’ancien jardin arraché, le sol aplani et bétonné.

De ce côté-ci en revanche, la maison des vents reste inachevée – quelques échafaudages démontés posés au deuxième étage – maison toujours sans toit – ce matin le soleil éclaire les murs à l’intérieur.

(Joie quotidienne à la vue du chantier à l’abandon – de l’inachèvement qui perdure.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :