Carnets 155

Orthodoxes venus s’installer au bord du lac Baïkal pour y attendre l’Apocalypse – l’un d’entre eux, un ancien cheminot : a trouvé la foi suite un accident qui l’a laissé handicapé pendant vingt ans avant de pouvoir marcher à nouveau – en conflit avec l’évêque local bâtit des monastères et espère entrer dans les ordres.

Ressentiment qu’ils éprouvent les uns contre les autres – la femme contre le mari, l’employé contre le chef, le fidèle contre l’évêque – et finalement mon propre ressentiment contre tous ces fanatiques.

Pollution des forêts où les gens venaient déverser leurs déchets d’aliments industriels – pollution des esprits par la télévision arrivée jusque dans les fermes les plus reculées et déchargeant leurs masses de conneries dans les cervelles. (Morvan, années 70)

« Il y a une chose que je sais : le monde quand on marche, regarde, réfléchit, contemple, continue à marcher, ressemble à autre chose que le monde dans les journaux. » (PH)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :