Carnets 156

Etang derrière la plage : envahi par les laitues d’eau – étendue vert vif comme une prairie de haute montagne – des bateaux miniature multicolores amarrés à un quai en bois déserté par les enfants – personne non plus sur le pont couvert au-dessus de l’étang – regard glissant sur la verdure aquatique jusqu’au bleu plus loin.

Les Roches Noires : cafés fermés, un restaurant en travaux – des ouvriers s’affairent derrière des bâches blanches – des gens assis sur les bancs de l’esplanade, aucun contact même visuel entre eux – regardent seulement les vagues déferler en ligne et vaguement l’horizon – semblant chercher la clé d’un monde désormais fermé à double tour.

Plage de la Saline les bains : elle aussi abandonnée – restaurants fermés, pas de transats aucun touriste – assis tout seul sur le sable, un manager costume cravate lunettes noires la cinquantaine longs cheveux gris noués derrière la tête – au téléphone avec le concessionnaire de la plage (une entreprise de téléphonie mobile) : « Tu peux me dire qui a eu l’idée d’investir dans une île déserte ? ».

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :