Carnets 159

Grappes de fleurs roses sur une plante grimpante accrochée à un arbre : au milieu des pétales, des étamines au bout desquelles apparaissent de petites fleurs blanches (« poupées gigognes »).

Feuilles de bananiers : dressées les unes face aux autres, se balançant rapidement d’avant en arrière sous l’effet du vent – comme dans la pièce Kontakthof de Pina Bausch où une rangée de danseurs s’avance vers une rangée de danseuses – tous agitant frénétiquement leurs bras et leur tête.

Les mots qui manquent, le silence te les offre.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :