Carnets 162

L’ombre de la palme sur le mur : ses contours si nets qu’on les croirait tracés à l’encre noire.

Le vieil homme sur le parking : avant de monter dans sa voiture, jette un coup d’oeil sur le bâtiment en béton derrière lui, comme s’il voulait vérifier que tout est bien à sa place.

« Il se réveilla avec cette pensée. » (?)

Les salanganes qui passent très près ce matin : leur ventre marron clair et blanc – tout le reste du corps : noir. Et l’autre jour à un croisement : une dizaine coupant l’air en diagonale, à un rythme toujours plus rapide – belle chorégraphie spontanée.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :