Carnets 168

« Apparut un énorme cafard de l’espèce Gregor Samsa, brillant, nombreuses pattes, courbé, court palabre avec lui. » (PH, Hier en chemin)

Certaines lectures sont des tempêtes : le lendemain matin, la lumière est plus vive et l’air plus pur. (Fini hier soir Une voix dans la nuit de Yasushi Inoue.)

Chaque oiseau partage le même territoire avec d’autres oiseaux, avec d’autres espèces d’oiseaux – leurs chants comme l’expression (la volonté ?) d’un partage sonore de ce territoire (ce que disent, je crois, les ornithologues)?

Tübingen : elle bondissait comme un fauve hors du bus et insultait les passants. Saint Denis de la Réunion : elle se tient les bras croisés à l’arrêt de bus, et, silencieuse, le regard sévère, maudit son espèce.

(Le martin triste, lorsqu’il pousse son cri tout en haut d’un bâtiment, semble peu désireux de partager son territoire.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :