Carnets 175

La seule image télévisée des derniers mois qui m’ait fait un peu rêver du « monde d’après » : celle, à la fin des deux mois de confinement, de l’esplanade des Invalides à Paris – l’herbe si haute qu’on aurait dit un pré.

MJ – doux sourire aux lèvres : regarde la sauterelle vert tendre posée sur le dos de sa main – tous les deux immobiles. Avais-je le même sourire quand, il y a quelques jours, un bébête l’argent (après un atterrissage bruyant et périlleux) se promenait sur ma main en remuant tranquillement ses mandibules noires ? Oui, je crois.

Le bulbul orphée ce matin: se pose sur le bord d’une terrasse ensoleillée en haut d’un immeuble – semble inspecter son territoire : écoute les autres oiseaux dans les feuillages plus bas, penche la tête, émet un chant bref, attend une réponse, écoute-regarde, écoute-regarde en bougeant nerveusement le torse – ses plumes tremblent un peu au vent.

(Les moments d’immobilité heureuse – les moments d’enfance ?)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :