Carnets 177

De ses yeux morts, la tête de pierre de Leconte de Lisle : regarde la directrice de cabinet du préfet (une jeune femme blonde et anxieuse) traverser le square désert.

Plusieurs plumes blanches et noires de martins tristes dans les rues. Étonnant que cet oiseau si bruyant laisse des traces si silencieuses.

Une abeille noire dite solitaire (« mouche charbon ») accrochée à la palissade de bambous : ailes repliées aux reflets marrons – pattes avant fortes et velues – reste la matinée au soleil, impassible au milieu des rafales de vent qui secouent la palissade.

La femme aveugle avec sa canne tendue devant elle : voyait clairement où elle allait, en tout cas mieux que moi.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :