Carnets 182

Le mur en pierre et le vieux portail rouge sombre, noirci à certains endroits – de l’autre côté de la rue, fixée à une corde tendue en hauteur entre deux panneaux : une grande toile d’araignée, au milieu une néophile dorée – longues pattes noires et jaunes, abdomen orange – de petits paquets noirs suspendus au-dessus d’elle, au sommet de la toile – un peu plus loin, à côté d’une statue, des fleurs – becs de perroquet fanés au milieu de feuilles pareilles à celles des bananiers – lanternes toutes droites oranges et rouges. (Hell-Bourg, 14/06/2020).

Au loin : les montagnes – le Piton d’Anchaing et, juste derrière, voilé par les nuages matinaux, le Piton des Neiges. A tes pieds : couchée sur le rocher affleurant, une branche de sensitive – au ras du sol, paysage moins spectaculaire mais plus secret.

N’oublie pas : les mots ne t’appartiennent pas – tu n’es qu’un locataire du langage.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :