Carnets 189

Peter Handke, Gestern unterwegs (Hier en chemin) : j’ai commencé par lire une page au hasard, puis les suivantes – le lendemain nouvelle page au hasard, etc. (Australie). Ces dernières semaines, j’ai repris la lecture au milieu, et quand je serai arrivé à la dernière page je recommencerai à la première – un rêve de lecture infinie – un livre qu’on ne commencerait pas par la première page mais n’importe où – qu’on lirait dans tous les sens – un livre aux pages infinies puisqu’on ne cesserait de le reprendre – de cheminer à l’intérieur.

Tchekhov à propos de l’astronome Olga Kundosova (il est avec elle à bord de l’Alexandre-Nevski naviguant sur la Volga) : « Hier, j’ai vu pour la première fois de ma vie sa façon de manger. Elle mange autant que les autres, mais machinalement, comme si elle mâchait de l’avoine ».

Enfant : émotion devant les vieux murets en pierres empilées les unes sur les autres – pierres brutes non taillées, couvertes de mousse vert foncé ou brune – on pouvait voir dans les interstices : jardins, potagers, prés (Morvan, années 70).

(Un lent, un très lent voyage à l’intérieur du Voyage en Italie.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :