Carnets 193

PH à propos de Thomas Bernhard : « schlau » (malin, rusé), mais « le plus infécond des écrivains, malgré tout ce qu’il écrit ».

Procès d’un pompier qui avait refusé d’aller secourir un pendu « parce qu’il était fatigué et n’avait pas mangé » (journal local).

Une mère à son garçon de 4-5 ans : « Maintenant ça suffit, tu as assez grimpé sur des tas de trucs ».

L’inconnu auquel, un jour, j’ai refusé de serrer la main (regret).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :